Suite berlinoise – 5 – Gedenkstätte

c’est un champ
de stèles aveugles
c’est une ville sans fenêtres
un labyrinthe aux couloirs atones qui s’enfoncent
entre ces blocs inégaux dont la mer écume d’une tempête minérale

la lumière
d’un pauvre soleil
se perd au fond de perspectives
sans forme sans couleur sans relief sans point de fuite

et voici
le jeu des enfants
dans un cache-cache insoucieux

et leur rire
ouvre grand des baies

miroitantes

Suite berlinoise 1 2 3 4

Les six poèmes composant cette suite ont leur origine dans quelques impressions ressenties lors de mon court séjour à Berlin pour participer à la création de l’oratorio « Mémorial » de Thierry Machuel, œuvre d’espoir pour la commémoration de la guerre de 14-18. Leur forme est le bigollo, que j’affectionne. Le contenu ne vise pas à l’exactitude, mais voudrait exprimer des sensations ressenties en parcourant quelques lieux de cette ville.

Systoles : Précédent Suivant