Du livre de notre vie

Du livre de notre vie
Chaque page s’est effacée.
Sa poussière s’est amassée,
S’est envolée, erre, dévie.

Très loin dans un lieu de mémoire,
De chaque instant détricoté
Glisse, ténu, au temps jeté,
Le brin minime d’une histoire.

Multitude de lueurs pâles,
Comme un concert inexprimé
Résonne, pour tout jamais,
L’entrelacs des ondes vitales.


Poème inspiré par la lecture de la nouvelle « 22 Frimaire, jour du raifort – An MMCLXXIV » de Marie-Noëlle Bertrand, à qui j’ai adressé ces lignes.

 

Ouvrir : Précédent Suivant