Bienvenue sur le site talipo

Dernier haïku dans Hydrea:
30 juin

ne pas espérer
ne plus jamais espérer
ne jamais comprendre

 

16 juin Réaction à un tweet d’Attac où l’on voit la manifestation des hospitaliers sous le feu des lacrymogènes décochés par la police.

Les héros face aux héros

Les policiers -qui méritent la reconnaissance de la Nation- règlent à leur manière la détresse des héros de nos hôpitaux.

Moralité : le Président Macron s’attaque à l’asphyxie du système hospitalier en pratiquant une clé d’étranglement.

800px-Ambigramme_Oulipo_(bold_pencil)

Positiméride

Ce projet d’un an a débuté le 1er mai dernier. Basé sur le calendrier positiviste d’Auguste Comte, il suit une contrainte de la « primitive ». Toutes vos contributions sont les bienvenues. Voici le texte du jour :

29 juin – 13 Charlemagne – Bayard

Bleu, rayonne, astre froid.

Retrouver la page de ce projet.

Derniers textes sur la page Ouvrir ( 27, 28 juin 2020 )

Black lives

Impur teint, qu’échevelé, bouderait franc juge.
Il faut choisir bon joug puisqu’on vaut moins qu’un rond.
Est-ce en jungle qu’en chambard net profit s’adjuge ?
Où voit-on bon profils : quidams gâchant juron ?

À chaque emploi vois, de beaufs te jaugeant, déluge
Et déjà s’abat chef glauque ou morveux patron.
Éprouve, chien joufflu, sort des jumbos qu’on gruge,
Ô cheval si cabré qu’ogre froid jette et rompt.

Nique vite, eh beau dur, clampins juifs, arbis, nègres,
Et que jeu qui perd gagne achève fols bruns aigres.
Éjectons fichu porc qu’un vil gène ombre dru.

Échec devra frapper tous bougnouls que jour mène
Envahissant nos bancs de jumps flasques, sans gêne.
Traquons d’un bras fait plomb : djinn, gavial, hachons cru.

Retrouvez la page de ce texte

La clé

Un bras me tord. Ah je m’étouffe ! Où est mon tort ?
Et lui qui pouffe : aucun contrordre au fait de tordre.
Eh, c’est l’usage. Esprit profond tout prêt à mordre,
Agent de l’ordre, il serre à fond tel constrictor.

Hurlant sa rage, ô quel stentor. Un bras me tord,
Ah je m’étouffe. Et lui qui pouffe. Aucun contrordre.
Eh, c’est l’usage. Esprit profond, agent de l’ordre,
Il serre à fond, hurlant sa rage. Ô quel stentor.

Ah, je m’étouffe ! Et lui qui pouffe : eh, c’est l’usage.
Esprit profond, il serre à fond, hurlant sa rage.
Ah, je m’étouffe ! Et lui qui pouffe, esprit profond.

Il serre à fond. Ah, je m’étouffe ! Et lui qui pouffe.
Il serre à fond. Ah, je m’étouffe ! Il serre à fond.
Ah, je m’étouffe ! Ah, je m’étouffe… ah… je m’étouffe…

Retrouvez la page de ce texte

Dernier texte sur la page Oripeaux ( 3 juillet 2020 )

une fourmi

un sonnet de dix-huit vers
pour les eulers les népers

un sonnet exponentiel
dont l’envers logarithmique
aplanirait magistral
cet élan catastrophique
confinant au vertical
et soudain soporifique
substituerait terre au ciel

pourquoi ça n’existe pas

la question pardi se pose
repousse-t-on la limite
de ce non rimant quatorze
c’est comme si van der Pauw
avait connu l’Oulipo
c’est comme si près de Gorze
un chant fût né pour le rite
il suffit pour ça qu’on ose

Retrouvez la page de ce texte

Journal

29 mai : À Minneapolis, un homme noir, George Floyd, est mort il y a trois jours, étouffé par un policier. Un distique d’anagrammes :

A Minneapolis a vécu George Floyd
né vomi : la police y a fendu sa gorge.

et un haïku dans le cadre du défi « 1 mot 1 haïku » organisé sur twitter par Floriane Austruy :

Minneapolis
Paisible ville où l’on meurt
D’avoir la peau noire

1er mai : Lancement du Positiméride

Après le Pataméride, un nouveau projet d’un an démarrera le 1er mai.

Il reprend l’idée des cycles annuels déjà expérimentée avec le lipoméride, le zodianku, le Sankulipo et le Pataméride.  Il se base sur le calendrier positiviste d’Auguste Comte. Chaque jour, sur ce site et sur twitter, paraît un texte suivant la contrainte suivante : Il s’agit d’écrire autant de syllabes que le nom honoré comporte de lettres, chaque syllabe devant contenir la lettre correspondante.
Ainsi, sur « Oulipo » (qui n’est pas dans la liste) on aurait pu écrire
MMMMMOh qu‘en l‘écrit peinons !
Si un nom est jugé trop court, on peut envisager de le répéter pour former un texte plus long. Ainsi, toujours sur « Oulipo » :
MMMMMPour un plaisir profond,
MMMMMOh qu’en l’écrit peinons !
MMMMML’on hurlerait parfois.
On peut consulter le calendrier positiviste au lien que voici. Notez que cette année 2020 étant bissextile, les jours où deux noms figurent nous utiliserons jusqu’en décembre celui inscrit en italiques.

Voici le premier positiméride :

1er mai – 10 César – Démosthène

« Donne-moi ton sang ta chair et ton cœur. »
Dru, démon osa toucher, pénétrer.
De femme trop sainte chut le manteau.

Ouvrir la page du Positiméride

1er mai : Fête des travailleurs

banderolle-evenement

20 avril : Le Pataméride a terminé hier le mois de Clinamen. Retrouvant le mois de Palotin qui l’avait vu débuter le 1er mai 2019, nous abordons les 10 derniers jours de son aventure. Il prendra fin le 30 avril prochain, 11 palotin – Explosion du Palotin.

À cette occasion tous ceux qui le désirent sont invités à se joindre à la fête finale en composant un texte suivant, soit la contrainte du Beau présent en haïku, soit toute contrainte à son goût. Vous pouvez me l’adresser en utilisant la page contact.

 Suivez ce lien pour retrouver les dates plus anciennes dans la page «journal».


L’ambigramme du mot Oulipo est l’œuvre de Basile Morin. Je recommande la visite de son beau site.