Bienvenue sur le site talipo

Dernier haïku dans Hydrea:
un tyran vainqueur
une ville assassinée
un ciel rouge sang

15 février : Bon anniversaire à Gilles Esposito-Farèse. A la suite de Nicolas Graner, les oulipotes lui manifestent leur attachement. Voici ma contribution :

Intense, aimant fleurir aux étranges projets, f-
acétieux, émérite, au zénith erre Gef.
Ah ces cieux aimés rient. O zen, itère jet. F-
eintant, sème. Enfle rire. Ose être ange pro, Gef !

Voir la page de ce poème

10 février : Un tweet de Christiane Taubira ce jour dit «  On casse d’abord du bamboula puis du bougnoul puis du jeune puis du travailleur puis du tout venant».

Les cris de Paris

dans la zone du tout-venant
dans le repaire à bamboula
dans le dortoir à travailleur
on ne trouve que du bougnoul
on ne rencontre que du jeune

on ne peut pas comprendre un jeune
on ne voit pas le tout-venant
on se détourne du bougnoul
on se moque du bamboula
on n’a cure du travailleur

c’est plutôt rustre un travailleur
ça n’a pas de jugeotte un jeune
cervelle d’oiseau bamboula
rien à tirer du tout-venant
plus bas que terre est le bougnoul

il me dérange ce bougnoul
j’en ai marre du travailleur
je méprise le tout-venant
je ne supporte pas le jeune
enlevez-moi ce bamboula

ils vont casser le bamboula
ils vont défoncer le bougnoul
ils décervelleront le jeune
feront plier le travailleur
feront ramper le tout-venant

Voir la page de ce poème

4 février : Pour les 117 ans de Jacques Prévert, un palindrome :

Né de là, si rien n’oit à votre ver, Paris étonne si mis en notes. Ira Prévert ovationné : irisa l’Eden.

25 janvier : Mort de Harry Mathews, membre de l’Oulipo. En Hommage

l’attendrissement

celui qui a
lu qui a ri
ravi de ma
prose aurait-ti
fui ne sais où

je me tords le cou
ne restons pas là
je m’en vais chez toi
à portée de tir
toi mon grand ami

tu m’as tendu la main
tu m’as offert un coup
sans aucun autre rite
l’amitié vint sans mal
ton chat fit le trio

ô douleur est-ce une ortie
brusquant ma douce manie
est-ce un dard est-ce une lame
c’est te voir vider ta coupe
t’étendre et sans fin te taire

aujourd’hui ton chemin m’attire
sur lequel s’ouvre la sortie
irai-je seul irai-je en couple
au royaume exempt de demain
trouver l’or caché sous l’émail

Voir la page de ce poème

14 janvier : Mort de Jacques Duchateau, dernier membre fondateur de l’Oulipo. En hommage

Le pêcheur à la ligne

Le vieux matelot
tombe du bateau.

Le vieux matelot
pêche au fil de l’eau.
Tombe du bateau.

Le vieux matelot,
la plume au chapeau,
pêche au fil de l’eau
mais un asticot
tombe du bateau.

Le vieux matelot
sort sans son manteau
la plume au chapeau.
Bleu le bel oiseau
pêche au fil de l’eau
chevesne ou chabot
mais un asticot
se tordant le dos
tombe du bateau.

Le vieux matelot
rit quand le cuistot
sort sans son manteau.
Il le suit badaud.
La plume au chapeau
Lui fait un drapeau
Bleu. ( Le bel oiseau
la perdit tantôt
car dans ces roseaux
pêche au fil de l’eau ).
De suave turbot
chevesne ou chabot
dressa les morceaux
mais un asticot
gâta le fricot.
Se tordant le dos
le chef tout penaud
tombe du bateau.

Le vieux matelot
s’endort. Un cabot
rit quand le cuistot
laissant son gigot
sort sans son manteau
pour jeter les os.
Il le suit badaud.
Passe un noir héraut
La plume au chapeau.
Un sombre oripeau
Lui fait un drapeau.
Décharné, sans peau,
bleu, le bel oiseau
pleure : où est sa faux ?
La perdit tantôt
dans le soir falot
car dans ces roseaux
l’ombrage maraud
pêche au fil de l’eau.
Rien qu’un lent clapot
de suave turbot
que suit sans un mot
chevesne ou chabot.
Une ombre là-haut
dressa les morceaux
d’un festin pâlot
mais un asticot
d’un blanc flamenco
gâta le fricot.
Réveillé trop tôt,
se tordant le dos,
mains brassant les flots,
le chef tout penaud,
Jacques Duchateau
tombe du bateau.

Voir la page de ce poème

Derniers texte dans le recueil Oripeaux (2 et 8 février) :

Un lipanthrope sur le nom de Donald Trump :

Ce fieffé béké

Hissé ès siège,
Ce fieffé béké
Kiffe vice, sexe, sévices.
Ce chef vicié exige ses fixes excessifs.

Ce zig-ci,
geek beige, bec sec,
biffez ! si fige ses échiffes.

Si excise
fez, chèche, keffieh,

Echec, chef !

Voir la page de ce poème

Une sextine à anagrammes croissantes

le diable qui voulait chanter

Fol venu des cloaques,
complice des termites,
des planches aboutées
que ce géant gravisse !
Qu’aux dames apeurées
fasse perdre semaille !

L’aube de feu émaille
grumes, épines, cloques
qu’aux combes apurées
ébarbent deux ermites,
afin que Dieu ravisse
âmes en croix boutées.

Sous de calmes bouées
va dérivant la maille.
Oh ! L’intrus se ravise,
dit aux hommes cloués :
 » Un divin chant émîtes,
ô brasseurs de purées.

« Voix câlines et pures
à mes yeux font buées,
rongés comme, de mites,
lainages mis en malle.
Hommes que j’ai loués,
et qu’à ce jour avise,

donnez moi votre avis
( chut, géhenne qui pues !).
Règles avez-vous lues
que force hontes bues
ôtent de ma voix mâle
son qui ravirait mies ? »

Oblats de lui ont mis
le cas dessus les ais :
« Tu fais certes le mal.
Il faut sécher le pus.
Stoppe ton triste bus,
nos ratafias bois-les. »

Chanter mi, tu l’as pu !
car tu as beaucoup bu,
près de ma cave, au lé.

Voir la page de ce poème

Journal

26 janvier : Donald Trump à peine élu se prononce pour permettre à nouveau le recours à la torture. Un poème écrit sous le coup de cette annonce :

le nouveau maître

lâchez les chiens
lancez la meute
voici l’émeute
des bon chrétiens

beaux miliciens
fins thérapeutes
gros apédeutes
torturez bien

la hargne règne
la femme saigne
s’élève un mur

le fric l’emporte
ça cogne dur
et les crocs sortent

Voir la page de ce poème

15 janvier : A l’occasion de l’édition de janvier 2017 de « La ronde », échange entre blogs qui a lieu tous les deux mois, je suis heureux d’accueillir Elise :

ronde-janv-17-Jeune-communiante

une inconnue, si lointaine et si proche, la regarder, grave, recueillie, concentrée, lui avait-on dit « attention ! regarde, un petit oiseau va sortir« , des accessoires, chapelet, faire son chapelet, égrener le chapelet, songer au vers de Rimbaud « il égrenait dans sa course des rimes« , le missel, sa belle reliure, cadeau du parrain ou de la marraine, dans les campagnes le seul livre de la maison, même les vides-greniers n’en veulent plus, le voile retenu par une guirlande de fleurs, désormais, à la messe du dimanche ce serait la mantille blanche,la poser sur la chevelure, tout un art, la blanche, avant la noire, celle de l’épousée et de la tête aux pieds l’aube blanche, le corps avalé, un idéal de pureté, une répétition avant-goût de la cérémonie du mariage, disparu un monde ritualisé et avec lui les mots qui le scandaient chapelet, missel, communion, aube

ronde-janv-17-Charles-Haas

Voir la page de ce texte

1er janvier : Bonne année pythagoricienne

2017_annee_pythagoricienne

Qu’événements heureux, que fêtes, que rêve et démesure,
Tels rire de premier né, viennent t’emplir de fièvre et t’enivrer :
Matins frais, amis, vin parfait.

Voir la page de ce poème

28 décembre : Joie d’apprendre la grâce totale accordée à Jacqueline Sauvage. Je lui avais dédié le poème suivant le 24 décembre, jour où de nombreuses voix se sont élevées après le refus de sa libération anticipée :

femme entre les murs
regarde par la fenêtre
que le fer meurtrit

regarde l’étoile
qui ce soir brille pour toi
que le fer meurtrit

sa clarté reflète
l’affection de tes amis
que le fer meurtrit

la main de justice
se détourne de ta chair
que le fer meurtrit

des coups et des viols
de l’enfer d’une famille
que le fer meurtrit

on a mieux à faire
que s’attarder à la femme
que le fer meurtrit

femme entre les murs
l’étoile brille pour toi
que le fer meurtrit

écoute le chant
ce soir de tous les enfants
que le fer meurtrit

scintille l’étoile
dans leur cœur et dans le tien

Ouvrir la page de ce poème

4 décembre : Mort du dessinateur Marcel Gotlib.

marginaux lurons                    céladons dingos 
                      gotons 
 
 mariés gais                      célibataires fluides 
                   libertaires 
  
                      gotha 
                      libère 
                      maraud 
                      céleste 
 
marrades à brac                    célébrité glaciale 
                      gotlib

Ouvrir la page de ce poème

 Suivez ce lien pour retrouver les dates plus anciennes dans la page «journal».