Ballade du choose-France

Versailles tourne ses fenêtres
Vers les allées où jaillit l’eau.
On ne voit le pauvre paraître,
Le retraité, le populo.
Tranquille y mange l’Angelot
Parmi les puissants qui trafiquent,
Invités au jeu sympathique :
Venez, on tire le gros lot !

Tous, qui peinez sitôt que naître,
Paysan, marin, métallo,
Qui payez une faute : n’être
Que femme, étranger ou prolo,
On vous offre, nus et pâlots,
Aux géants qu’Orient, qu’Amérique
Laissent suivre l’appel magique :
Venez, on tire le gros lot !

Ô pays où fleurirent lettres,
Violon, peinture, stylo,
Par nos tours, nos gares, nos hêtres,
Tu n’es plus que ruine et sanglot.
En avion, voiture, vélo,
Mains pleines, toge magnifique,
Il vient, le stratège mythique.
Venez, on tire le gros lot !

Magnat, ne soyez pas salop.
Topez aux largesses qu’explique
Le serviteur aux gants plastique.
Venez, on tire le gros lot !

 


Ça fait quelques temps que j’avais envie d’essayer une ballade, d’une part, et d’autre part un lipogramme consonantique. L’actualité m’en donne l’occasion. En contraste avec le titre qui les reprend en acronyme, le texte est un lipogramme en b,d,c.
Posté sur la liste Oulipo le 22 janvier 2018.

Ouvrir : Précédent Suivant