Bienvenues

Pour accueillir les nouveaux abonnés à mon compte twitter j’ai coutume de leur adresser un petit poème. Je cherche pour cela un mot traduisant au mieux ce que la découverte de leur compte et de leur blog m’inspire, et construis mon poème autour de ce mot. Lorsque plusieurs personnes sont accueillies ensemble, ceci équivaut à une forme réduite de logo-rallye. A partir de 2016, je signale les mots de base en italique.

Les personnes accueillies sont citées en retirant l’arobase @ précédant leur identifiant.

Retrouvez les années précédentes en ouvrant le lien : 2015, 2016, 2017

Année 2018

2 janvier 10dixdeder

( insoumis )

Des monts inaltérés coule un fleuve insoumis
Son eau tourbillonnante emporte les barrages
Nulle digue n’en dompte impérieuse la rage
S’éveille à sa rumeur l’horreur des endormis

3 janvier JPicavez alinemon_8

( passer, amour )

ils arrivent de loin passent regardent vont
un pli de leur manteau dérobe leur visage
en nos cœurs arrêtons leur griffe anthropophage
qui veut rafler l’amour tout ce que nous avons

10 janvier drisshajer LaNuitVenue RebelYelliex Lecritoire

( clôtures, solitude, suivre, volatile )

ma pince à la clôture a découpé la brèche
de Solitude enfui les jambes à mon cou
suivais le galop fou des hommes sans licou
volatile splendeur au son des chansons fraîches

19 janvier athomas_poet simonbeige

( diable, poussière )

Le diable hier à ma porte est venu sonner.
Je lui pris son manteau, lui prêtai des pantoufles.
La poussière collait à sa manche, à ses moufles.
Me maudit. Puis s’enfuit quand lavai son bonnet.

21 janvier LaetitiaWilfert Serge_ginsbard

( histoire, beauté )

L’histoire a déposé sur mon doux paysage
Des stigmates, gravés par le fer et le feu,
Des strates d’ossements, des vestiges suiffeux.
Ma beauté mûrit, rude et secrète, avec l’âge.

(Un bug de wordpress a fait disparaître les quatrains de bienvenue pour le mois suivant. Je les ai retrouvés mais n’ai pas rétabli la liste de mots correspondante)

4 février Proprose_mag Cactus_Menteur franckwole ysolda7 leon_ruwet jabary555

( ? )

des mots à la volée en ce désert vivant
par la main du poète éjaculés nuisibles
fissurent les murs où se protègent du vent
en silence à minuit les vertus invisibles

5 février adelwali

( ? )

c’est un regard croisé sur un terrain de sport
quand le muscle était dur l’épaule ruisselante
sous la chaleur atroce et la gorge sifflante
l’étoile que j’y vis était d’un autre nord

14 février L_ecrivain RegardFenetre REIGNAULT1 annegduclos

( ? )

las d’avoir contemplé l’énigme de la vie
écouté le duo de l’amour et des pleurs
il passe le relais sort du jeu sans honneurs
puis braconnier du vent marche efface dévie

16 février keita4844282 herve_gasser PoesieduMonde

( ? )

démarrer se garer tourner toute la nuit
seau bâton pour touiller balai pour le collage
l’équipe de copains joyeux malgré l’orage
part transmettre une flamme et dissoudre l’ennui

17 février KimLay_Sylvie

( ? )

L’amour au matin prit son cache-nez de laine
Comme il m’a paru beau tout vêtu de velours
Il a passé le porche est parti hors d’haleine
A ma fenêtre je l’attends jour après jour

26 février petit_nanne FrancoisIpala30 MoiEnMieuxYT lerman_alix

( ? )

c’est l’évasion d’un gonze au poing toujours fermé
sa femme au petit bout vient de donner naissance
ô fragile santé qu’un père vient calmer
instant libre où les cœurs battent en résonance

1er mars sstv24bd taskinyapismak clairenony ALFAIZ19777

( ? )

l’image d’un enfant qui sourit au nuage
puis à nouveau le bruit de l’escalier roulant
l’adulte indifférence au sourire dolent
mais l’esprit un instant au large fuit et nage

8 mars marilynebp

( ? )

     à la lampe frontale on cherche le passage 
     nos pas sur le rocher sonnent lugubrement 
     nul guide ne nous mène ou papyrus de sage 
     quand paraîtra le jour finira le tourment

10 mars b_peddy

( ? )

du blé quand le vent court de la branche du saule
de l’aile qui déferle un spectre de couleurs
de la femme aux cheveux entrelacés de fleurs
la beauté nous regarde et par instants nous frôle

12 mars ContesNains HumourInsolent IlelaboyeF EdsLesAntidotes

( nouvelle, humour, protégé, talent )

La nouvelle tomba comme un coup de bâton :
L’humour n’est plus permis ! J’avoue que je m’y perds.
Protégé de ton jeu l’on n’a plus les jetons,
Mais sans talent perçu ris ne sont point super.

16 mars jyleo_62 jeannemeltier dikoua_ngousmon La_Louv

( vers, changer, slam, réelle)

on écoutait des vers allongés sur la mousse
quand le vent a changé nous avons déferlé
en slam de force huit à vous mettre la frousse
réelle fut la faille où l’on s’est déhalés

16 mars MOKNINEABDELLA2 m_mystia Kmillephilibert

( savoir, lune, plafond )

il cherche le savoir à la lanterne sourde
il ne voit pas la lune à cause du plafond
pourtant elle répand son mystère profond
et penche sur les eaux sa chevelure lourde

18 mars yettou79 AnnadeBrancovan emmanuel_vaslin

( plume, tolérance, moissonneur )

la plume de l’oiselle à la tête tranchée
l’humaine tolérance écorchée au gibet
la main du moissonneur à la chair arrachée
mais du juste le feu que rien ne peut courber

19 mars nalieartist brinlilas

( couleur, fugue )

au pays sans couleur si tu es prisonnière
dans le petit matin descelle le barreau
glisse-toi sans un bruit hors du monde bourreau
la fugue seule mène au fleuve de lumière

22 mars pierre_yv

( volontaire )

toujours le militant se porte volontaire
anonyme artisan qui s’écorche la main
dans la roche la boue et la rugueuse terre
parmi les obstinés bâtisseurs d’un chemin

23 mars Mag_printemps

( festival )

j’aime les festivals j’aime les carnavals
les kiosques à musique et les fêtes foraines
et j’aime voir tourner sur les chantiers navals
les grues au lent roulis comme dansent les reines

24 mars n5sssss

( poète )

ce soir j’ai rencontré sous la pile du pont
le poète il marchait sur la berge putride
je lui dis viens manger il me reste un coupon
il rit vola m’enleva vers le ciel limpide

29 mars oleh_bohun arrechadisident LesDeshumains SabrinaGBernard

( débutant, rebelle, utopique, joie )

de ses doigts débutants l’homme façonne un arbre
dont la branche rebelle aux nuages se prend
et fait pleuvoir des fleurs sur la terre de marbre
utopique la joie en lui germe et l’éprend

29 mars dikoua_ngousmon

pour le millième ami qui sur twitter m’escorte
dans mon prochain message avec mon amitié
ce beau présent forgé sur « le millier » j’apporte
souhaitant qu’à chacun le bonheur soit entier

ouvrir la page du poème joint « Le millier »

4 avril tdlamouroux Thequeenm5

( roulade, chouchouté )

je suis cracheur de feu j’enchaîne les roulades
je suis le chien savant par la miss chouchouté
le clown applaudis moi pour toi je vais sauter
brillant de mille feux parmi les roucoulades

5 avril MouhibAsma MissSacripant

( rien, vide )

il n’a rien dans sa huche et son armoire est vide
le toit dessus sa tête a les couleurs du ciel
il songe sur la rive où l’étoile vivide
lui montre le chemin du monde tangentiel

10 avril PhelimsWorld AngeloKoblan

( chanter, écrire )‏

si nous savions chanter comme cet oiseau lyre
nous ferions envoler nos rêves vers le ciel
mais notre plume à nous dans l’encre pour écrire
puise de nos noirceurs un monde torrentiel

11 avril laurenlquigley

( architecte )

les bras articulés de la table à dessin
m’ont donné vie en perspective cavalière
d’un architecte mon errance est le dessein
oh s’écroule mon bagne au rongement du lierre

13 avril ZacEgs

( lyre )

il a pris dans ses doigts la lyre au bras aimant
sous sa caresse elle a dans un libre murmure
donné naissance au vent la farouche ramure
en dansant a mêlé sa flamme au firmament

17 avril AhmedMarrakch13 Libre_Exercice

( croire, laboratoire )

elle a cru que le poing qui se fermait sur elle
voulait la protéger sous son doigt ferme et chaud
mais du laboratoire une souris rebelle
découvrit la folie et fila du cachot

20 avril Sebasti55299287 WilliamWilloan

( entrer, écrire )

Petit grain de matière est dans le tube entré.
Des aimants l’ont jeté dans une folle course.
La collision. L’éclair. Un fin sillon doré
Écrit un rêve qui d’enfer deviendra source.

22 avril Abderah65575658 redouane_redou

( sentiments, doutes )

le sentiment vêtu d’argent rencontra près de la margelle
le doute nu tout moribond qui grelottait sur le goudron
ils s’est assis auprès de lui de vase tachant son plastron
de leur amour âpre naquit la musique et vibra son aile

27 avril _FlowerPlower

( rare )

c’est un alpage rude où rare est la parole
jouant entre les rocs le vent siffle en vainqueur
le berger à son chien qui le connaît par cœur
confie un souvenir très tendre qui s’envole

27 avril ProjetCulture

( tous )

tous ont passé le porche et sont venus s’asseoir
tous ont été nourris l’oiseau becquait les miettes
tous ont ri tous dansé moi lavant les assiettes
j’ai seul vu scintiller les flammèches du soir

28 avril rob_eliz

( paroles )

la parole glissée au creux de son oreille
a réveillé sur son visage un éclair doux
au creux de son grabat elle est cet amadou
dont la flamme en dansant jaillit et l’ensoleille

2 mai Jsc08Julien josettehersent

( recueil, intemporel )

Il ouvre le recueil, s’absorbe, et quand vient l’ombre,
Assis sous une vigne à la chaude senteur,
Il répète le chant qu’amoureux le conteur
soufflait, intemporel, à l’étoile qui sombre.

3 mai marekbaikaram armand_corentin

( écrivain, aider )

C’était un écrivain qui n’a pas eu le temps :
Il lui fallait aider un aveugle, deux sourdes,
Un étranger fuyant, un homme aux jambes lourdes.
Rien écrit, mais son livre est partout, palpitant.

4 mai ladygaga1art

( star )

Toucher juste un instant la robe de la star
Que nimbent les vapeurs d’un vaste solfatare
Quand ravage le beat et ronfle la guitare.
Puis retrouver la vie et lui dire « Trop tard ».

6 mai Garfieldvenu ValerieTimsit

( chat, mère )

ronronnez petits chats riez petites mères
tourne petite terre épouse du soleil
comptez petits enfants récitez vos grammaires
saigne petite guerre et j’éteins mon réveil

9 mai leggoperche TransMoulins

( découvrir, rencontrer )

Il voulait découvrir la rivière qui parle,
L’étoile murmurant, les monts aux rimes d’or.
Il rencontra, près de l’étang qu’aime le harle,
La voix qui l’attendait, et l’orage s’endort.

17 mai alainflayac clara20126 MaodoElc1

( pire, compatissant, prophète )

vint l’ange à la voix d’or il annonçait le pire
vint sur l’autre chemin l’homme compatissant
un troisième prophète était bel et puissant
j’embrassai le nigaud qui m’enseigna le rire

18 mai VladimirArsene

( étoile )

comment pendre une étoile à la voûte du ciel
quand je n’ai pas de clou quand mon échelle est courte
et je regarde en l’air triste comme une tourte
sans voir là contre moi l’amour au goût de miel

25 mai JospheMarcy

( mots )

il aurait pu d’un mot guérir un cœur exsangue
défendre l’homme atteint d’une injuste harangue
tirer le prisonnier de l’oppressante gangue
mais les mots sont restés sur le bout de sa langue

26 mai senorita2657 babelexperience Belfer_Richard NathalieTORNEL

( pensées, blues, insoumis, vivre )

les crânes fourmillant de profondes pensées
se penchaient au son noir d’un blues dilacérant
là sonna l’insoumis aboi d’un chien errant
éveillant chaque vie aux passions épicées

5 juin ADactylographe

( emmêler )

les branches s’emmêlant du saule torsadé ‏
écrivent doucement dans la brise fugace
les fragments d’un récit que leurs feuilles effacent
et le songe s’y perd en croyant s’évader

11 juin DufainA melbue_slamesie

( chaos, scène )

le chaos l’ourvari le décor effondré
la rixe le couteau le poing dans la gencive
la lumière démente et la meute en dérive
et le metteur en scène à genoux qui pleurait

16 juin e_pichelingat Alessan36589607

( nouvelles, films )

les nouvelles du jour n’avaient pas été bonnes
il a monté quatre à quatre dans l’escalier
et comme dans un film de palier en palier
il atteignit un ciel vierge de téléphones

20 juin J_Borderieux laurencehirsch

( sciences, embellie )

la science avait depuis longtemps baissé les bras
les mages à genoux pleuraient à chaudes larmes
une embellie ô rien qu’une heure sans alarmes
où sur un sein calmé ton front brûlant serras

2 juillet StephanieLevy75

( innovation )

De quelle innovation puis-je être le plus fier ?
Demande l’homme un jour à l’oiseau de corail.
L’oiseau, du barbelé, désigne la frontière
Et d’un trille moqueur répond : De la cisaille.

4 juillet mbrillatsavarin

( aphorisme )

aphorismes soutras adages et maximes
lugubre il les a lus triste il les a compris
pleurant il enchaînait les préceptes appris
en larmes il emplit de leçons les abîmes

8 juillet BmyRicardo

( scène )

la scène s’avance au devant des spectateurs
un vent mugit gonflant du décor la grand-voile
l’acteur conduit l’esquif de lumière et de toile
et la houle soulève un océan de coeurs

11 juillet AgnesClancier

( écrire )

et le diable en riant m’a dit écris toujours
écris encore et jamais ne pose ta plume
bras douloureux j’alignais d’infinis discours
ma main tomba les mots s’envolant furent brume

29 juillet KolNdoumbe PatryckFroissar gatheproduct IBRAHIMATANDINE DanieleMomont DanyCaulleau 21Odon

( cœur, mascarade, exercice, machine, intéressé, dormir )

Son cœur battait moins fort à chaque mascarade
Les exercices fols à la machine à sous
L’avaient intéressé Puis il s’était dissous
Dors épave en la vase au profond de la rade

16 août LoverOfCoding ThirstyGlass theOldpc Grain7deSel erwanbozec

( boire, bâtir, néant, réaliser,assister )

nous boirons au pichet les raisins fermentés
quand nous aurons bâti nous la fange des mondes
ce port réalisé pour les errants immondes
les assistés les bégayants les mal notés

16 août acaronprive DUNAx1xA SagesseTragique cmaillard4 HibouTranquille RajaeTalbi2 jd1passant

( normal, paresse, changer, aube, penser, traduire, absurde )

tout est normal on se brumise de paresse
rien ne change alentour de l’aube jusqu’au soir
l’on pense peu l’on presse le bouton poussoir
le décibel traduit l’absurde et nous caresse

24 août bouroujfarida GorgoneQuatorze GendronKarine1 marie_sigal

( couleur, indiscipline, débutant, chanson )

secouant leurs cheveux de toutes les couleurs
trop indisciplinés pour marcher en cadence
ces débutants qui ne connaissent pas la danse
d’une chanson naïve ont séché les grands pleurs

1er septembre FleurinordStan1 o_poete

( combattant, fou )

Quand drachent les mafias les think-tanks les lobbys
Quand l’enfant pleure et tremble un combattant se dresse
Front en sang regard fou lève une main traîtresse
Contre ces bienfaiteurs au regard de rubis

7 septembre KristelAnnie LaetitiaWilfert MAWlimosino amikley RichardBELFER

( chronique, amour, musique, justice, journaliste )

Voulant à sa chronique un sujet vierge encor,
Un amour sans noirceur, une musique libre,
Un pays où justice et chaleur s’équilibrent,
Le journaliste a persévéré, puis est mort.

13 septembre murdever

( technique )

les circuits imprimés les ondes magnétiques
les drones les réseaux la voiture électrique
objets intelligents musiques synthétiques
la technique est un dieu qui danse énigmatique

19 septembre ClaudeFee RegardFC nanasparallax

( conte, loupe, art )

le vieux sculpteur lit un conte loupe à la main
tassé dans son fauteuil lui revient souvenance
du temps où l’art guidait son fer sur le ramin
pour ciseler l’acanthe qui danse et s’élance

25 septembre LionelBelarbi pardpou‏

( témoignage, silence )

son témoignage est fort sa parole est semence
elle au mât ligotée en l’âtre du bastion
on lui bande les yeux on pose le bâillon
mais l’innombrable peuple écoute son silence

28 septembre LafcadioL

( édition )

Dieu mort, le Vatican mit son oeuvre à l’index.
Un grand autodafé la réduisit en cendre.
Pourtant un jour du ciel le Peuple vit descendre
La nouvelle édition dans un vaste vortex.

4 octobre manson_fx JCLALUMIERE ThomasCorinne1

( honnête, miss, bercer )

sa vie était honnête un loto par semaine
le soir télé feuilleton l’élection des miss
au jardin parfumé de rose et de phlomis
sa chaise le berçait au bord de la fontaine

9 octobre yvesdansette1

( ami )

mon ami ce matin par un brouillard mauvais
bravant les heurts les décibels la pluie acide
chez moi s’est empressé moi naufragé l’œil vide
il m’a serré sans un mot je me suis levé

17 octobre perledesoleil86 JustineRigolet‏ NyxRevue

( intérieur, champion, revue )

Feuilletant par hasard, je vis à l’intérieur
Du livre si précieux que garde en l’étagère
Le champion sans pareil, invaincu sur la sphère,
L’amour jamais revue, et qu’un vent mène ailleurs.

20 octobre fredykoglin

( romance )

sur nos chemins bleutés vole de lèvre en lèvre
une romance née au pays du jasmin
elle passe légère et le cœur est en fièvre
des filles et garçons se tenant par la main

31 octobre Davilla91568037 BrigitteBarro PAccidonis KaFodil Lopes08881181 Chamayouecrit

( silencieuse, voyage, journal, unique, vie, bonheur )

Elle, au fond de son cœur, silencieuse et nue,
Voyage en ces instants retrouvés : nul journal
N’en sait dire la flamme unique et si menue
Qui de sa vie éclaire un bonheur nocturnal.

5 novembre agustin_gut

( affronter )

il voulut se dresser pour affronter sa peur
elle lui dit mon coeur vois comme je suis belle
sens comme je caresse entends ma ritournelle
lors s’est acargnardé sous la tiède stupeur

12 novembre dagher_vivian Deslyxique RecueilI

( fun, monde, inactuel )

La deuxième strophe est une réponse de RecueilI à laquelle j’ai moi-même répondu en ajoutant la troisième.

dieu créa pour le fun dans un rire grinçant
pour détraquer le monde un animal bipède
puis enfourcha l’inactuel vélocipède
et s’éclipsa pour voir d’en haut couler le sang

Alors que tout en bas, épuisée, la piétaille
Levait les bras au ciel, et les yeux et les cœurs,
Le cycliste divin, goguenard et farceur,
Renversait sur ces braves un plein seau de mitraille.

pan l’explosion du pneu par un vieux clou chopé
propulse le très-haut éjecté de sa selle
ramassant dans l’azur une sonore pelle
sur terre aussitôt fleurit l’éternelle paix

26 novembre RachelJGalvin MozartMonChat IArthurPym kamelnemri7

( hémisphérique, son, vite, pain )

la voûte hémisphérique est de flammes léchée
la braise rend un son charnel et mystérieux
la porte qu’ouvre vite un serviteur des dieux
du pain révèle un peu de l’ardence cachée

30 novembre rachaboudja RamziReal2

( chute, but )

et notre aéronef a poursuivi sa chute
la douleur a vrillé notre oreille soudain
sans but errions dans la carlingue avec dédain
contemplant le naufrage et jouant de la flûte

6 décembre inmediares7

( chanter )

suis monté sur la haute cime pour chanter
le vent m’accompagnait la neige m’écoutait
soldanelle et rhodo la couleur éclatait
roche et ciel accouplés rirent je suis resté

9 décembre PlumeVictor

( hasard )

par hasard il la vit au bord du précipice
les cheveux animés d’un vertige ondulant
caressèrent son front d’un dévissage lent
il goûta d’un baiser l’insondable calice