Jeux sur les mots

Plutôt que « jeux de mots » le terme « jeu sur les mots » peut s’appliquer à beaucoup de jeux, exercices ou contraintes proposés sur la liste Oulipo. Voici mes contributions.

20-02-2013 : Gogo…

A une question de Strofka sur le plus grand nombre pouvant être écrit avec un nombre donné de signes, qui a déclenché un long fil de contributions, j’ai suggéré en moins de 20 signes « un exaexaexaexagogol » (10^172) et « un gogol d’exagogols »  (10^218), ajoutant: « Comme « un gogol de gogols de gogols » dépasse 20 signes, je pense qu’on n’est pas loin du maximum… jusqu’à-ce-que quelqu’un forge un nouveau préfixe, par exemple gogo- représentant 10^100 qui permettrait « un gogogogogogogogol » (10^400). »
Tandis que Nicolas Graner faisait justement remarquer l’incorrection d’une telle construction, j’ai composé le petit quatrain ci-dessous qui, si « gogo » avait pu être validé, aurait possédé 8 sens différents:

Etait-ce une flashmob était-ce un cabaret
But gogo gosier sec à gogo vin berceur
De danser pas facile on était trop serrés
Dans ce lieu rassemblant plusieurs gogo danseurs

15-03-2013: Dans un fil ancien « Enchaînement de verbes à l’infinitif » relancé par Gilles Esposito-Farèse, cette contribution dans laquelle par déploiements successifs peut êttre construite une phrase comportant un nombre d’infinitifs arbitrairement grand:

Verbes à l’infini

Il est si désirable d'aimer
Il est si puissant d'aimer pouvoir
Il est si parlant d'aimer pouvoir dire
Il est si décidé d'aimer pouvoir dire vouloir
Il est si avide d'aimer pouvoir dire vouloir exiger
Il est si sage d'aimer pouvoir dire vouloir exiger savoir
Il est si bon d'aimer pouvoir dire vouloir exiger savoir estimer
Il est si dû d'aimer pouvoir dire vouloir exiger savoir estimer devoir
Il est si * d'aimer pouvoir dire vouloir exiger savoir estimer devoir aimer

(*) désirable

21-03-2013 : De retour de « Bruxelles re-belle« , un temps fort pour les Oulipiens, Robert Rapilly nous relate un exercice proposé lors de cette manifestation par Nicolas Graner, le Plaïku. « Les plaques là-bas comportent à la suite 3 lettres et 3 chiffres, laquelle série présidera à la composition d’un acrostiche selon les lettres, cependant que les chiffres mesurent le nombre de syllabes du vers correspondant (dix pour le 0). […] Graal du plaïku, il vous faut composer 2 tercets synonymes : le premier compté en mots, le second en syllabes, sorte d’envoi (c’est une spécialité de notre colistière dont le prénom fait, pas par hasard, anagramme avec « Habiletés ») ».
J’ai répondu par le texte suivant composé sur ROB 378
(Robert → ROB + e=3, r=7, t=8 sur le cadran du téléphone)

Rien que ça !                                          3
Où vont-ils chercher des idées pareilles ?             7
Beau spectacle à notre jeunesse que ces galimatias.    8

Rien à faire,                                          3
On ne m'y prendra jamais.                              7
Bruxelles me rendra rebelle !                          8

18-12-2015 Eric Angelini avait posé la question suivante sur la liste Oulipo: « Peut-on réordonner les vingt lettres E,E,E,E,I,O,U,D,D,D,L,M,R,S,S,T,T,T,X,X pour former deux mots de dix lettres ? » Voici ma réponse :

Un chêne tordisteux m’abritant du regard
J’étendis ma souffrance et mon coeur solitaire
Seringue aux dextelmeds tu fis ton ministère
Et me laissas paisible, indifférent, hagard