glace

au large des bermudes
les marins ont trouvé
un gisement de glace
abîmé

une carotte est remontée à bord
mais quelle est cette diablerie
dans sa triste robe de givre
regardez
elle s’éveille elle s’embrase
d’un sabbat de flammes incarnates

tapie dans ces fonds hideux
quelle présence ensorcelée
terreur des marins solitaires

oh ce n’est rien qu’un pauvre monstre
venu cacher sous les flots sales
l’épuisante douleur de son corps disloqué

dans sa poitrine
au lieu du coeur
un bloc adamantin de glace pélagique
la morsure à jamais du feu
d’une amour morte

L’éloignement : Précédent Suivant