X

Accès réservé

Identifiant :
Mot de passe :

Photo aléatoire

Derniers commentaires

Marie assistante équipe 67 dans GTJ 200, la course la plus longue au monde!
JR dans GTJ 200, la course la plus longue au monde!
JR dans Récit d'une première Transju
Marco dans Une Finlandia crampée!
la faune dans Une épopée fantastique!

Sponsors

2 commentaires GTJ 200, la course la plus longue au monde!


Après un long moment sans dossards, me voilà enfin au départ d'une course, et pas n’importe laquelle, la plus longue du monde!!!

c'est en octobre dernier que mon ex-colloque Manon Mougin me propose de faire l’aventure avec elle. Ni une ni deux, j'accepte et nous voilà embarquée toutes les 2 dans une expé de fou! :)

Avec un début de saison sans neige et le boulot par-dessus, je n’ai pas trop eu l'occasion de skier à mon gout pour être réellement prête comme je le souhaitais... Idem pour Manon qui rentrait de Nouvelle Zélande mi-janvier.
Notre point commun, une Transju comme plus grosse sortie! :D

Une semaine avant, nous n’avons toujours pas eu le temps de skier les 2, mais tampi, nous misons sur notre jeunesse, notre fraîcheur et un ravito 5 étoiles!

Vendredi matin, après mon cours d'alpin, je saute dans notre camion de compète que Léa nous a dégoté et direction Giron!

15h40, c'est notre horaire de départ du prologue. Il fait grand beau, on glisse pas mal, on est plein d'énergies positives... c'est top! Après une balade de courtoisie partagée avec des collègues pyrénéens, nous nous rendons au repas de pré course. Toutes les équipes sont là, affûtées et heureuses de partager une si belle expérience!

2h30, le réveil sonne, nous sommes tous au taquet dans la salle à manger, tout le monde est prêt autour de nous....
4h, le départ est lancé! Petit footing avant de chausser les skis! Nous ne sommes pas trop mal placées! Il ne fait pas froid du tout c’est un excellent point !
Skis aux pieds, nous partons pour 15kil de montée…. La neige est bien glissante, nous nous mettons dans un petit rythme mais nous commençons à vraiment avoir chaud…

Heureusement, la borne au Lion passée nous nous lançons dans une giga descente qui nous rafraîchit un bon coup !! Tellement que les cuisses nous brûlent ! Très vite nous retrouvons notre ravitailleuse de choc à la Simard !

La table est sortie, dessus autant de victuailles qu’un coureur n’espère… c’est nikel !!
Puis nous continuons notre chemin. Nous sommes un moment seules et ce n’est pas sans déplaisir ! Ça fait quand même du bien de ne pas sentir une autre équipe à nos trousses ! Le paysage est magnifique, le rose de l’aube se lève dans les Bellescombes… Rapidement, Hélène et Jackie nous rejoignent… Nous skierons avec elles jusqu’à la Darbella, le ravito suivant, puis nous les rattraperons aux Rousses pour continuer ensemble jusqu’à Bois d’Amont. Par moment il fait frais, mais la montée du Risoux toute proche ne mettra pas longtemps pour faire son effet !

A Bois d’Amont, nous attaquons le salé, il est temps de penser à la suite des choses. Il fait un temps magnifique, nous avons toujours autant la pêche et nous discutons toujours autant ! ;)

A Chapelle nous nous arrêtons déguster une tomato soup’ offerte par l’association GTJ, c’est Top !
Nous sentons quelques douleurs à l’intérieur des pieds… je crois que nous devrons nous arrêter à la prochaine halte pour panser tout ça…

Pré Poncet , Letlet, Citadelle… et Liadet… Notre ravito tant attendu (et oui on commençait à sérieusement avoir faim et mal aux pieds !)
Comme d’hab, ravito 5 étoiles, pansage des bobos, massages des épaules et 30min plus tard nous repartions… Mouthe, La Source du Doubs avec les cloches et les encouragements de l’ESF et enfin la montée infernale… le MONT D’OR….
Chaleur, neige brassante, un peu moins de jus, c’est la partie dans laquelle j’ai le plus souffert… Les pyrénéens qui nous suivaient de peu sont revenus dans nos skis et nous avons fait route ensemble jusqu’à Métabief. Entre temps, des malins qui s’étaient amusés à bouger les fanions nous ont fait gagner 4km en plus.

Métabief… je suis défaite, il fait chaud, j’en chie grave, des micros crampes s’amusent avec mes quadri… et nos pieds nous traquassent toujours. Donc Re-pansements, Re-hydratation, Re-gavage et Re-ski…. Durant cet arrêt nous avons perdu du temps sur l’équipe d’Hélène et Jackie qui nous reviennent dessus dans les bosses des Fourgs… Nous faisons route ensemble jusqu’au Ravito de la Coupe.
Les pieds ne sont tjrs pas top mais à 40km de l’arrivée, nous décidons de laisser tomber et de serrer les dents jusqu’au bout !

Nous rejoignons le Tillau via des pistes en plat montant, ce qui me permet de me refaire un peu. Puis descente à pied jusqu’aux Verrières. Ça fait un bien fou de marcher un peu ! MDR !!!
Petit Ravito avant de partir pour la montée fatidique… A nos trousses Max et son collègue !

Montée aux Cernets horrible pour moi, chaque montée devient un véritable calvaire… Manon bcp moins et c’est elle qui me donne le rythme !

La température commence à descendre, la piste se retend, ça va bcp mieux qu’avant, malgré les fausses traces. Le soleil commence à se cacher et la lune à montrer son nez… il va être temps de ressortir les lampes…
Puis rapidement arrive la montée mortelle du Châteleu… l’horreur… longue, en dévers, enfin tout ce que je déteste… mais il est où le sommet de la bosse ? Il est où le ravito…. Je commence à en avoir marre de faire que de montée moi !!!! Nous traversons une route… mais non c’est pas encore là….

Puis nous distinguons quelques lumières un peu plus haut… ça y est nous tenons le bon bout, ouf, le ravito est là ! :D
Ici des coureurs ayant déjà fini nous encouragent (bon c’est un peu sadique qd même !). nous remettons la veste, la lampe et nous élançons pour au départ 10km mais qui en réalité se sont transformés en 15km au moins….

Au Gardot nous sommes soulagées, nous savons que nous tenons le bon bout, au Meix Musy nous croyons voir l’arrivée mais en réalité ce sont des gyrophares d’ambulance… raté… un monsieur au bord de la piste nous informe qu’il reste 3km… plus loin un autre nous dit 4km… Manon grogne un peu… nous VOULONS EN FINIR !!!! :D

Puis petit passage en forêt, deux virages et nous entendons le speaker non loin… des lampes nous attendent, des applaudissements nous réconfortent… ça y est nous y sommes… dernière ligne droite… nous entendons nos noms dans les enceintes… les lampes et les flashs nous éblouissent.

Le coach est aux anges, notre ravitailleuse nous serre fort… nous sommes arrivées, c’est fini, l’aventure se termine… nous qui n’étions pas certaines de franchir la ligne d’arrivée au début, y sommes parvenu, et cerise sur la gâteau, à la deuxièmes !

Il est 20h10, nous avons skié 16H10 pour parcourir ces 196km… c’est top… nous sommes sur un nuage remplit d’endorphines !
Le 29 Mars 2015 à 19:05Salomé
Aucun commentaire Une saison bien remplie et c'est pas fini!



Salut à tous,

Un petit récit de mon début de saison dur dur!

Samedi 24 janvier, championnat régional de relais à chaux neuve.
Avec mes coéquipiers du club de Mouthe, nous terminons 11eme. Première sortie classic et première compétition! En regardant les temps, je finis à 10s de coco et 1min du spécialiste de la discipline, la dure! Les sensations reviennent tranquillement!

Dimanche 25 janvier, c'est parti pour L'envolée Nordique.
J'ai encore un peu mal aux jambes mais je suis confiant! Je pense pouvoir aider ma coéquipière dit "la Faune"! Des supers conditions de neige, un monde fou au départ. C'est parti pour 42km autour de Chapelle des Bois. Contrairement aux rumeurs, Anne-Flore est en forme! Je reste devant pendant les 30 permiers km jusqu'à ce que la sentence tombe! Manque d'entrainement, manque d'alimentation pendant la course, je finis derrière la  Faune à l'agonie, qui elle finit en récup! Pas facile de se faire attendre par sa coéquipière! C'est un gros coup au moral!
Nous terminons 9èmes, pas très loin, Alix et Coralie avec qui nous avions fait une partie de la course ensemble, jusqu'à ma
terrible chute!!
Un bon weekend, ou nous avons pu voir avec grand plaisir, les combines des Origin'haut en nombres!

Samedi 1 février, patrouille du drugeon
Une patrouille avec pour objectif un podium! Bon départ de notre premier relayeur (Alex Salvi), j'arrive pour le
deuxième tour puis le troisième avec Pierre Guy. Finish au sprint avec l'équipe de montbenoit et bien sûr Coco que nous devançons de peu.
Premier podium de la saison!


Dimanche 8 février, Transjurassienne!
Au départ ce matin la, je ne m'attendais pas à terminer à la même place que l'année dernière (40 eme). Mais je ne pensais pas non plus souffrir autant! Une première partie de parcours jusqu'à Bois d'Amont au top, je me sens bien, je ne suis pas parti trop vite (classement provisoire env 100eme).
Mais la sanction tombe vite, dès les premières pentes du Risoux, je sens que rallier Mouthe va devenir très compliqué. Plus de jus, plus de jambe et un mental au plus bas! Le reste de la course est une longue agonie et une longue descente dans le classement. J'arrive jusqu'à Mouthe, 267eme! Avec une dernière consolation, ce n'est pas encore cette fois-ci que j'abandonnerai une course!!

Dimanche 14 février, championnat de france, 15 km classic, la seigne
Un peu fou après une transjurassienne difficile, je m'aligne sur le championnat de france, avec un plateau senior ultra relevé!
En bon antépénultième, je bas tout de même le futur champion régional!

Mercredi 18 février, nocturne, championnat régional de sprint, Arçon
Ne parlons pas de moi mais plutôt du duo de choc "Coco et La Dure" qui nous font une magnifique course d'équipe jusqu'au sprint final qui donnera Coco grand vainqueur! Une belle représentation du team origin'haut sur le podium!

Dimanche 22 février, Marathon du Turchet
C'est parti pour mon premier marathon de la saison! Il a beaucoup neigé la veille, la piste damée est difficile à skier, peu de place et des appuis qui s'enfoncent littéralement sous terre! Le groupe de tête part sans moi dans le premier tour après une chute dans la poudre! Je fais la course avec Clément Delavelle et Sébastien Grillon.
Avec de beaux relais face au vent, nous revenons sur les décrochés du groupe de tête. Mais comme souvent cette saison, les derniers km sont toujours difficiles. Je lâche mes coéquipiers dans la dernière bosse et finis seul face au vent. 13eme!


Samedi 28 février, les Fourgs, championnat régional individuel, 15 km classic
J'enchaîne les courses mais la forme n'est pas encore au rdv. Elle arrivera probablement au printemps! Encore enrhumé, je fais une course d'attente jusqu'au dernier tour! Sur ce coup la, j'ai peut être un peu trop attendu, je reviens mais c'est un peu tard! 12eme. A noter une belle course de la Dure et Coco respectivement 5eme et 7eme qui se sont encore tirés la bourre! Ainsi qu'un beau top 10 pour Romain!
Encore une belle représentation des Orign'haut.  

Dans une semaine, l'Orignal part pour la Suède "Vasaloppet"! Va t'il survivre?!!

A suivre...
Le 03 Mars 2015 à 22:48Speedy
Aucun commentaire Dévalante et Relais nocturne à Longchaumois

Juste une petite info à diffuser autour de vous mais également pour venir participer.
Le 28 Février 2015 à 19:17La Faune
1 commentaire Une Finlandia crampée!


La semaine dernière, je m’étais donc inscrit pour la Finalndia Hiihto. Étant quasiment sur place, je n’avais pas trop le choix d’aller m’essayer sur cette course.
J’arrive donc le samedi en fin d’après-midi à Lahti où je vais récupérer mon dossard et faire mes tests de ski.
Je me dirige ensuite chez mon hôte du soir trouvé sur airbnb, un chinois vivant dans un tout petit appartement qui loue son salon en chambre quand une demande lui est faite ! C’est là que les ennuis commencent…Croyant que j’allais être tout seul dans un appartement à côté de chez lui, je m’étais dit que je pourrais farter dans l’appart et qu’après nettoyage il n’y verrait que du feu…mais NON j’étais bien chez lui et avec lui, impossible donc de farter à l’intérieur.

Système D oblige, je me retrouve à farter par terre au milieu d’un parking avec comme source d’électricité les bornes qui servent à chauffer les voitures par grand froid ! Éclairé à la lumière du lampadaire, je ne vois pas grand-chose et comme il pleut à moitié, je vous explique pas le bruit que ça fait quand je passe le fer, j’ai cru que j’avais brûlé ma semelle mile fois !
Fartage terminé, je retourne chez le jaune pour manger, et vite aller au lit. Vu comme c’était parti, je m’y attendais, je n’ai pas dormi grand-chose de la nuit, mais bon j’ai pas trop la tête dans le cul et suis plutôt motivé pour cette course.
Je me rends sur le lieu de départ où je dépose mon sac de rechange m’échauffe un peu sur quelques longueurs de course à pied et me rend sur la ligne de départ.

Avant le récit de la course, un petit point sur la météo : comme il pleuvait la veille, la neige était bien mouillé et transformée mais la glisse était correcte. Malheureusement, il avait neigé 3 cm pendant la nuit juste pour emmerder le monde et faire que ça glisse rien, vous savez cette neige qui fait que t’as l’impression que tu peux faire du classique même avec des skate…Je me suis donc dit que ça allait pas être de la rigolade, puis un peu avant le départ, je me suis dit « Ah, quand même c’est une wordloppet, ils ont bien dû repasser le dameur ce matin pour qu’on ait un piste correcte » mais en fait non rien du tout ! Quelle bande de c**** !

10h : le départ est donné (c’est pas la trans quand même, on va pas lever 4h pour aller faire une course). Je prends un départ correct sans m’affoler en voyant que devant ça part pas très vite. En même temps, faut dire que le départ est une bosse d’un kilomètre qui nous fait remonter à hauteur et même au-dessus des tremplins. Arrivé sur en haut de la bosse un groupe d’une quinzaine de coureurs se détache, je me lance donc à leur poursuite pour essayer de prendre le bon wagon. Je vous explique pas la galère pour doubler avec cette neige qui glisse rien, à chaque pas en dehors de la trace centrale, j’ai l’impression que je vais passer par-dessus mes skis. N’arrivant pas à les reprendre, je me mets donc à mon rythme, et me retrouve tout seul pour les 12 premiers km, derrière le groupe de tête et devant le groupe de chasse. Je me dis qui si je reste comme ça pendant 50 bornes je vais trouver le temps long. Un peu après le premier ravito, vers le 13° km, je me laisse reprendre par le groupe de chasse et saute dans le ski de Hannu Manninen. Il mène le groupe jusqu’au 30km sans trop de soucis et sans demander de relais. A partir de ce ravito, je vois que j’ai un peu plus de mal à suivre mais je me dis que c’est juste un petit coup de moins bien. Hannu s’écarte pour boire un coup et je me retrouve don en tête du groupe. Sachant que je ne suis pas au top, je prends le relais mais tranquillement et sans me cramer le temps qu’il finisse de boire et reprenne la tête. Tout se passe comme prévu sauf que quand il reprend la tête il accélère un peu et je n’arrive pas à suivre. Je laisse passer et essaie de me mettre en queue de groupe que je n’accroche pas bien longtemps. Je me retrouve donc à nouveau tout seul au 32km avec le moral au plus bas et plus de jus dans les chaussettes.

Je continue donc tranquillou en me disant que ça ira mieux dans un petit moment sauf qu’en fait ça s’empire, je sens que les crampes commencent à arriver et qu’il va falloir être vigilant.
C’est là qu’on arrive au 37° Km et que le drame se produit.
Petit aparté : Comme on fait une boucle de 50 bornes les plus petites distances coupent entre temps et même si on part avant eux, ils arrivent avant nous sur la fin de la piste. Et la piste étant pas bien large, c’est vite le bordel avec les groupes de diaboliques fin énervés du 50 qui me doublent en me criant dessus et les espèces de touristes et gamins qui devaient être sur le 32 ou le 20.
Au ravito c’est donc le bronx, je me fais marcher dessus quelques fois par en groupe mais un salop réussi à me faire tomber. Qui dit chute dit contraction du corps, dit crampes. Je suis donc à plat ventre au milieu de la piste avec des crampes au 2 quadri….Je gueule pour que quelqu’un vienne m’aider mais comme ces finlandais ne sont pas bien malins, pas un ne bouge et ils me regardent agoniser. Je décide donc de me relever tout seul. Et là c’est pire, je réussi à me mettre debout mes attrape des crampes ux quadri, abdos, pectoraux !! Je peux vous dire que je faisais pas le malin, et me demandait presque si j’avais pas chopé une merde chez mon hôte du soir pour ne pas citer son origine (non je rigole bien sûr). Je demande à un mec de la croix rouge de m’aider à m’étirer le cuisse mais il me demande d’enlever mon ski, chose qui m’est impossible puisque j’ai des crampes partout !!! Ça passe et je lui dit que je peux repartir. Je reprends donc ma route en direction de l’arrivée tout doucement en me donnant juste comme objectif d’aller au bout. Le moral remonte un peu parce que même au fond du trou j’arrive quand même à double les gens du 32, je me dis donc que c’est pas si pire.

La dernière descente arrive, un petit tour de stade et je passe le ligne d’arrivée au bout de 2h50 de course (20min après le premier) et en 80ème position. Un peu déçu sur le coup mais je ne regrette pas d’avoir tenté de partir devant. La glisse n’a pas aidé pour la performance puisque le vainqueur du jour met 5 min de plus que celui de la veille en classique, pour vous dire comme ça glissait pas.
Content tout de même d’être arrivé au bout de mon premier 50km avec cependant ma plus belle échappée par l’arrière sans hésitation et ça fait une bonne préparation pour celui de Kuusamo en fin de saison qui parait-il est comparé à l’enfer.


Concernant l’organisation, j’ai vraiment été déçu pour une wordloppet :même pas un petit cadeau souvenir mis à part 2 échantillons de baume du tigre, un paquet de café et du pain (WTF), un dossard digne des années 80 si c’est pas avant. En ouvrant le sac, je me demandais si c’était pas notre bavette pour le repas d'après.
Pour reprendre le critère de la GPP de nos confrères de Chapelle, je mets ZERO partout ! Rien à bouffer aux ravitos, même pas à celui de l’arrivée. Et pour le repas de l’après course, un petit bouillon avec un bout de pain et une brique de lait !
Pour la piste, c’est no comment,  ça fait 2 mètres de large partout et le damage laisse à désirer, et le paysage n’est pas sensationnel.. A vrai dire, je ne conseille pas cette course, nos courses jurassiennes sont bien plus belles et avec une meilleure ambiance. (ici, c’est à peine s’ils tapaient dans leur mains pour encourager, ils doivent avoir peur de réveiller la maison la plus porche qui est à 5km)

Bon, j’arrête de me plaindre et vous dis à bientôt ! Repos pour moi puisque je vais faire bénévole aux championnats de monde de biathlon pendant 2 semaines.
Des bisous
Le 27 Février 2015 à 09:31JR
3 commentaires Une épopée fantastique!

La semaine dernière je m'inscris sur le 21 CLASSIC du marathon du Turchet! Et là commence une grande histoire...
Je sollicite le Sioux pour covoiturer, j'enchaine les décisions folles.
Il m'annonce qu'il bosse jusqu'à midi mais qu'il n'y aura pas de problème pour être à l'heure au départ me disant que c'est l'original touch. ça me stresse mais en même temps on va pas faire une coupe du monde. C'est sans compter sur les conditions météorologiques. Il neige fort sur le massif, les touristes sont sur la route, ou pas! ça bouchonne de partout. Après des infos de dernière minute Alix décide de passer par derrière, enfin de changer d'itinéraire. ça nous empêche pas de rester coincés à Saint Laurent pendant 1/2 heure. Là c'est chaud pour être à l'heure au départ.
Nous arrivons enfin aux Pontets après quelques petites sueurs froides dans les raccourcis pas toujours bien déneigés, il est 14h15, départ à 14h30. Alix me propose une paire de micropores, c'est parfait vu le temps qu'il reste pour nous préparer et vu la misère que c'est pour farter. Finalement ils repoussent le départ d'un quart d'heure.
ça y est me voilà au départ d'une "longue" distance en classic. A mes côtés en jaune et or, sont présents La Dure, La Grogne, Coco J,et bien sûr Alix.
Le damage n'est pas optimal mais bon vu les conditions. C'est dur de skier et je trouve même moyen de me casser la gueule quelques km après le départ et de perdre ma gourde (mais mes ravitailleurs sont là pour m'en redonner une, merci.) Je fais une grande partie de la course en tête mais je sais que Chloé Blanc n'est pas loin. Dans les derniers kilomètres, Chloé est sur mes talons. Faut dire qu'avec ces skis je grimpe au plafond mais niveau glisse, y'a mieux (mais je remercie quand même alix pour ces skis). J'ai beau pousser le plus fort que je peux je ne cesse de voir s'éloigner la première au profit des descentes.
Je termine donc 2ème, super contente de moi pour une première. Je n'ai pas vu le temps passer, c'était cool.
Coco J termine sur la boite aussi, 2éme, Alix 7ème, La Grogne 8ème. La Dure est contraint d'abandonner, cependant il a quand même assez de jus pour me tirer sur les derniers mètres.
Dimanche a eu lieu le skate, je laisse place à mes co-équipiers pour leur récit.
Coco je crois que tu as pris des photos, je te laisse illustrer!
Le 22 Février 2015 à 20:37La Faune

< Précédente    1  2  3  4  5  6  Suivante >