La drogue

Sécurité routière : Dépistage salivaire de la drogue

Le 18 juin 2007 à Saint-Ouen-l’Aumône (95), Michèle Alliot-Marie, ministre de l’Intérieur, a lancé une campagne d’expérimentation de tests salivaires pour dépister certaines drogues au volant.

Quel que soit le véhicule, selon Michèle Alliot-Marie, la drogue serait responsable « chaque année de plusieurs centaines d’accidents mortels ».

Visées : les drogues les plus répandues

Au courant de l’été prochain, trois tests seront expérimentés auprès d’usagers de la route volontaires, ayant au préalable été contrôlés positif lors du test urinaire actuellement utilisé. L’expérimentation sera effectuée par la police dans dix villes : Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux, Toulouse, Strasbourg, Rennes, Montpellier et Lille. La gendarmerie opérera dans trois régions : Centre, Pays-de-Loire et Loraine.

Policiers et gendarmes désirent expérimenter chaque test une centaine de fois. Si son efficacité est avérée, le nouveau contrôle serait mis en service dès 2008. Il permettrait de constater la consommation de cinq types de drogues : cannabis, cocaïne, amphétamines, ecstasy et opiacés.
Dépistage facilité.

Le but de cette expérimentation est aussi de rendre le dépistage de drogues presque aussi simple que celui d’alcool. Pour le moment, la procédure reste lourde : dans un véhicule de police dédié, la présence d’un médecin est nécessaire pour effectuer un test urinaire. Si celui-ci est positif, une analyse sanguine est effectuée, puis confirmée par un laboratoire.

Le test salivaire prend trois minutes et la présence d’un médecin ne sera plus nécessaire. L’analyse sanguine et sa confirmation resteront toutefois en vigueur.

La prévention drogue fait partie intégrante de la politique actuelle. Ceci est un objectif majeur au vu des consommateurs de drogue cannabis, de drogue dure de plus en plus jeune.
Les drogues substances naturelles, de synthèse chimique ou de manipulation génétique, sont des produits phytos actifs, modifiant, lors de l’absorption, une ou plusieurs fonctions physiques ou mentales de l’organisme et provoquent des troubles du comportement.
Les conséquences de la drogue peuvent être une forte dépendance avec de grandes difficultés de l’ordre physique ou psychique.

il est vrai qu’il existe des drogues dites drogue légale, tel l’alcool, on peut s’en procurer partout à condition d’avoir 18 ans, les médicaments souvent prescrits par notre propre médecin, les opiacés, oui de très bons calmant lors de crises aiguës qui ne peuvent être soulagées qu’à base d’opium mais là encore sur avis et prescription médicale et sous haute surveillance.
Une fois intoxiqué, il faut absolument prendre les choses en mains et ne pas partir à la dérive. En premier lieu, il faut avoir envie de décrocher sinon la partie est perdue d’avance.
Un dépistage drogue sera utile afin de déterminer la drogue dont le toxicomane est dépendant.
La cure de désintoxication consiste dans un sevrage drogue, a effectuer de préférence dans un centre spécialisé avec un suivi médical, souvent à l’aide de méthadone. Mais ceci n’est pas une solution en soi, beaucoup de toxicomanes commencent une cure de désintoxication, qui d’ailleurs réussie, mais faute de volonté, replongent aussi vite dans la drogue, cela faute d’un suivi personnalisé et surtout très long.

Alors pour éviter tout cela, évitons de prendre de la drogue, cela ne fait que détruire notre organisme, nous rendant dépendant, et surtout cela peut se terminer très mal….

Laisser un commentaire

Advertisement
Vigilence et Prudence sont mères de sécurité !
Commentaires récents
Statistiques
visiteurs
Partenaire


Votez pour mon Blog sur
LeGuideBlog.com