La craie coccolithique (CaCO3) est un carbonate de calcium d'origine sédimentaire (coccolithes). Elle agit dans un premier temps, en floculant - c'est à dire en rassemblant - les MES (Matières En Suspension). Puis, au fur et à mesure quelle descend dans l'eau, elle dégrade les matières toxiques qui y sont présentes.
Sa forme calcique permet la transformation rapide de l'ammonique et des phosphates.
De plus son action biochimique et ionique diminue la viscosité de la vase. Dans le cadre des essais du laboratoire de Bordeaux (l'I.E.E.B.) on a constaté une diminution de la turbidité allant de 15 à 60%.
Le Nautex CaCo3
La Craie Coccolithique :

Carbonate de calcium naturel CaCo3- type amorphe d'origine sédimentaire (coccolithes) soit une sécrétion d'algues de 60 millions d'années.
Le nom commercial de ce produit est NAUTEX. Il est aussi appelé craie de Champagne car il est issu d'une veine située dans cette région.

Le carbonate de calcium comprend un processus physique de floculation des matières en suspension plus une dégradation biologique dirigée en fonction des matières toxiques à traiter.
Ce procédé agit comme un tampon dans les milieux aquatiques et malgré son pH alcalin, une autorégulation s'expliquant par l'activité bactérienne au sein des coccolithes, favorable à la création d'acides organiques.

DIMINUTION DU TAUX D'AMMONIAQUE :
Les bactéries accélèrent l'oxydation de la matière organique floculée, transforment le NH3 en nitrate.
Cette nitrification est le résultat du développement de bactéries au sein de coccolithes.
Elle apporte une diminution minimum de 20 % de l'ammoniaque et conduit à une baisse de l'azote total.

DIMINUTION DES PHOSPHATES :
L'action du calcium ionique (CA++) sur le phosphate soluble permettra une précipitation sous forme de phosphate insoluble apportant une réduction de 30 à 50 % du phosphate soluble ainsi qu'une floculation des matières en suspension (MES).

NB: De plus, la craie se diffuse dans la vase et les sédiment en y apportant de l'oxygène. De récentes études ont montré que les sédiments relarguaient du phosphore dans la colonne d'eau en condition anaérobie, ce qui favorise la prolifération des algues. Un apport d'oxygène par la craie permet donc d'éviter temporairement ce relargage.

DIMINUTION DES MATIERES ORGANIQUES :
Les matières organiques, telles que les lactoses ou matières azotées (provenant des eaux résiduaires de laiterie) ou les végétaux morts, amenées en rivière ont une toxicité due à leur importante consommation d'oxygène.
En effet, celles-ci se décomposent grâce à une opération bactérienne d'abord aérobie, ensuite anaérobie, lorsque l'oxygène dissous dans l'eau est totalement consommé après la phase aérobie.
Cette dégradation favorise le développement d'une flore filamenteuse caractéristique.
Cette oxydation bactérienne a permis d'introduire la notion de demande biologique d'oxygène (DBO), qui exprime en milligrammes, le poids d'oxygène nécessaire à la destruction des matières organiques.
Lors des traitements à la craie coccolithique, l'analyse des vases opérée en différents points et à des intervalles de temps allant de quelques heures à quelques mois, a montré un abaissement notable du pourcentage des matières organiques contenues dans la vase.
La minéralisation des matières organiques est une action bactériologique qui accélère les phénomènes de décomposition de ces résidus organiques.
La surface développée de ces minuscules particules représenterait 2,50 m2 par gramme de poudre de craie.

Ces chiffres permettent en fait d'expliquer les fantastiques résultats obtenus, car dans toute réaction chimique ou biochimique entre deux corps (ici la craie et la vase), ce qui conditionne en grande partie l'efficacité de la réaction c'est la surface de contact des parties en présence.
Une tonne de craie représente, une fois dispersée dans le milieu aquatique, une surface réactionnelle de contact phénoménale de 250 ha.