Née à Versailles en 1980, Odile Mennesson est diplômée de l'école de l'image (les Gobelins à Paris) et titulaire d'une licence d'arts plastiques. Son travail, marqué par une diversité des supports formels, s'affirme progressivement dans l'exploration de l'espace entre le texte et l'image.

Emergée d'un monde chrétien austère et sans péché mais empreint de culpabilité, elle développe un goût de la transgression et une fascination toujours chaste pour le corps. Sa profonde tendresse pour l'enfance se complaît dans un certain rejet de la maternité ; mais la mère n'est plus une enfant et, du haut de sa tour penchée woolfienne, les questionnements d'ordre téléologique sont omniprésents.

Initiée tout d'abord aux arts graphiques, elle pratique le dessin, le modelage, la peinture, la gravure, puis la photographie. Enfin, pour satisfaire un besoin narratif, son goût pour le livre et l'écriture la mèneront, dans une démarche singulière et féminine, vers une poésie visuelle dans laquelle le mot trouvera naturellement sa place, confronté à l'image dans une structure résonnante de sens.

 

 

« Il y aurait une écriture du non-écrit. Un jour ça arrivera. Une écriture brève, sans grammaire, une écriture de mots seuls. Des mots sans grammaire de soutien. Égarés. Là, écrits. Et quittés aussitôt. »

Marguerite Duras – Écrire (La mort du jeune aviateur anglais)